Koh Ron Samloem, un petit coin de paradis

Dernière semaine cambodgienne, cap à l’ouest direction les îles de Koh Rong. Situées à une quarantaine de kilomètres au large de Sihanoukville, nous avons choisi de poser nos sacs à Koh Rong Samloem, la plus petite des îles habitées de l’archipel.
Pour une fois, le trajet se passe sans encombre, ça nous rassure, on n’est peut être pas chat noir finalement. La ville de Sihanoukville est comme on nous l’avait décrite: moche, en travaux et sans aucun intérêt. On se félicite d’avoir choisi de ne pas y rester… Si vos prochaines vacances vous emmènent jusqu’au Cambodge, vraiment ne vous y arrêtez pas, sauf si bien sûr vous avez une passion dévorante pour les hôtels casinos remplis de chinois! On prend donc un bateau et au vu des commentaires internet on s’attend à sombrer en mer à tout moment… Décidément c’est notre jour de chance, la mer est calme, le bateau est neuf et presque vide. L’île se dessine au loin, sable blanc, palmiers et hamacs: on est surexcité!

La première étape de notre vie de Robinson consiste à rejoindre notre hôtel, pour ça il faut prendre un bateau navette, on s’éloigne de la plage principale, et on arrive dans une petite baie… Magnifique, il n’y a que notre auberge et un village de pêcheur, parfait! En s’approchant on entend la musique du bar sur pilotis de notre auberge, il est seize heures trente, et visiblement on ne nous a pas attendu pour l’apéro. L’auberge est parfaite, on est un peu à l’écart dans un joli bungalow. Une fois installés, on va profiter de l’happy hour. On découvre que la clientèle est manifestement majeure depuis peu et bien décidée à en profiter. Bien sûr on n’est pas contre boire des litres de bière mais on n’était pas vraiment venu dans cet esprit là. L’île de Koh Rong Samloem est justement réputée pour son calme par rapport à sa grande sœur plus festive Koh Rong.

Après une nuit agitée à cause d’un orage spectaculaire on file sur la plage principale, et on s’occupe de réserver notre session de plongée et notre prochain hôtel. Les plongées au Cambodge ont l’avantage d’être plutôt économiques. Pour quatre-vingts euros on pourra plonger deux fois et on a le droit à un repas et une nuit en dortoir. Nickel! Ces formalités accomplies on s’active à ne rien faire sur une plage qui a perdu un peu de sa superbe après l’orage de cette nuit. L’eau a pris une couleur quelque peu orangée à cause de débris charriés par le courant depuis Sianoukville. Les touristes qui arrivent aujourd’hui doivent se demander où est passé le coin de paradis qu’on leur avait promis… Retour à l’auberge par la dernière navette de seize heures. Nous voilà pile à l’heure pour l’happy hour. Le business est bien rodé!

Le lendemain on fait nos bagages et on quitte notre crique pour aller plonger. Le centre se trouve de l’autre côté de l’île. Il faut emprunter un chemin qui apparemment est assez sportif. Du coup on confie les gros sacs au bureau du centre de plongée et on file au rendez-vous. Le début de la route se fait assez facilement, si bien qu’après dix minutes de marche on trouve la réputation de la traversée un peu exagérée. Mais le quart d’heure restant nous fait redescendre, heureusement que nous ne sommes pas chargés… Le chemin est escarpé et les cordes installées le long du chemin nous sont bien utiles pour franchir certains passages. Ça grimpe, ça glisse, bref on est des Robinsons sur une île cambodgienne. Rien d’insurmontable mais on rigole en pensant aux touristes qui voulaient traverser avec leur valise à roulettes, ça doit vite se transformer en épreuve de Koh -Lanta. Dix heures pétantes nous voilà sur Sunset Beach pile à l’heure convenue lors de la réservation.

-“Boujour on vient pour la plongée!”
-“D’accord! Mais le bateau vient de partir là”
-“Whaaat!?”

Bref, on discute avec le gars du centre qui nous explique qu’il y a eu un problème de communication et qu’il aurait fallu être là une heure plus tôt. On finit par s’arranger, bien sûr. On reste ici pour la journée, on dort dans le dortoir du centre et demain on plonge! Parfait! La plage ici est encore plus belle que de l’autre côté. Bien plus préservée, encore plus calme. On nous prêtre gracieusement de quoi aller faire un peu de snorkeling. On se dirige donc vers un spot conseillé par notre contact du centre de plongée. Quelques petits poissons, quelques coraux sympas, une petite mise en bouche pour demain… On reprendra nos sessions de farniente et lecture sur la plage pour le reste de la journée avant d’aller boire un verre dans un bar sympathique pour profiter du coucher de soleil.

Après une bonne nuit de sommeil, nous sommes finalement bien à l’heure pour la plongée. Il y a un peu d’électricité dans l’air car c’est en fait notre première plongée en mer. Avant de partir, nous avons passé notre niveau 1 à Paris, en fosse avec une association : les Potes Plongeurs. Et même si on a été bien préparé le plongeon dans le grand bleu reste une étape importante et un peu stressante. Par chance notre Dive Master est adorable et nous met rapidement en confiance. On s’équipe et c’est le grand saut! Premier spot le Backgammon Door, on trouve quelques poissons papillons et une jolie raie pastenague. Cette première plongée est fascinante même si on constate rapidement que les coraux ne sont pas aussi colorés qu’on l’aurait souhaité. Après une cinquantaine de minutes retour à la surface. On reste malgré tout sous le charme de cette première plongée en mer et on attaque un délicieux curry pour recharger les batteries. Après un bon repas, quelques plongeons depuis le pont supérieur, on repart pour une plongée. Direction la Cobia House, notre deuxième spot où on croisera entre autre quelques poissons clown et des poissons anges.

Se retrouver sous l’eau, dans un tel calme à observer ce qu’il s’y passe est une sensation unique. On se sent bien sous l’eau et qu on ne peut que recommander la plongée à tout le monde. Ces deux premières plongées ne nous marquerons pas à tout jamais. On le savait, le Cambodge n’est pas connu pour ses incroyables fonds sous-marin, la visibilité n’y est pas incroyable. Pourtant, on s’en fiche, on est quand même ravi. Dans quinze jours on embarque pour une croisière plongée aux Philippines, et on avait besoin d’un peu d’entrainement et tout de même les eaux chaudes cambodgiennes pour se jeter à l’eau, on a connu pire. Retour sur terre, on profite encore quelques minutes de cette plage et on reprend le chemin vers la plage principale avant la tombée de la nuit. On n’a de nouveau l’impression d’être des aventuriers le temps de la traversée, un long serpent vert fluo nous passera même devant. On récupère nos sacs, on s’installe dans notre petit bungalow sur la plage et on se dépêche de trouver un bel endroit pour l’apéro. Indiana Jones, OK mais avec un cocktail à la fin.

Les deux jours suivants, notre routine est toute trouvée: plage, fruits frais, apéro, jeu de cartes et lecture. Il n’y a pas ou peu de réseau sur l’île, alors on déconnecte.

Il ne nous reste que quelques jours à passer au Cambodge, nous décidons de regagner Phom Phen au dernier moment ou presque. On profite du sable blanc jusqu’à l’avant veille de notre vol pour les Philippines. Le retour sur terre est aussi tranquille que l’aller, la mer est un peu agitée, le bateau un peu trop chargé, mais rien d’alarmant. On devrait survivre à cette nouvelle traversée. On a lu et entendu tellement d’histoire sur ces trajets en bateaux dont certains ont failli coulé que ce n’est pas la dizaine de personnes entassées à l’avant assis sur les valises qui nous affolent. Le retour sur la capitale se passera aussi sans encombre. Il en sera de même pour notre dernière journée cambodgienne, un petit tour dans la ville et au marché et puis c’est l’heure de faire les sacs.

Demain nous attend une longue journée de voyage, avec une arrivée prévue dans vingt-quatre heures à Cebu. Au programme: retrouvailles, plongée et Noël en famille.

On a eu un vrai coup de cœur pour ce pays. Les sourires des Cambodgiens et leur gentillesse y sont pour beaucoup. Nous avons traversé des paysages variés, denses et verdoyants qui nous ont souvent laissés sans voix. La cuisine également nous a régalée. Enfin l’histoire, à la fois ancestrale et mythique avec Angkor et dramatique avec le génocide khmer reflète toute la richesse et la profondeur de ce pays. On en repart comblé et en se disant qu’ici aussi nous reviendrons.

1 commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

*