Heron Island, paradis du snorkeling

Notre itinéraire du 09 au 11 février

27ème jour le 09/02

JOUR J! Direction Heron Island, une petite île paradisiaque au milieu de la grande barrière. Ce matin on fait quelques courses et on met Wallace à l’abri, dans un parking de la marina juste à côté de l’embarcadère. On mange tranquillement nos sandwichs avant de monter à bord de notre bateau. Il est quatorze heures et on quitte le continent. La traversée dure deux heures. Deux longues heures que les remous rendent interminables. Tout le monde est malade autour de nous et on en mène pas large non plus… terre en vue! Dieu merci le bateau ralentit et on met pied à terre le visage aussi blanc que le sable.

L’endroit est paradisiaque et, après deux minutes on voit déjà des requins pointes noires s’agiter dans l’eau. On trépigne mais on va devoir attendre la fin du briefing avant d’aller à l’eau. L’île est magnifique et notre chambre est installée dans un petit bout de forêt envahie par les oiseaux. On est en plein dans la période où les oiseaux viennent nicher. L’île est donc littéralement envahie d’oiseaux noirs à tête blanche qui maculent le sol et les têtes des touristes de fientes nauséabondes. Un paradis qui pue quoi…

Tout ça n’a pas beaucoup d’importance on est là pour la mer et ce qu’il y a dedans. On pose nos sacs, on enfile nos maillots, masques et tubas sous le bras et on fonce mettre la tête sous l’eau. Bon la visibilité n’est pas top mais après cinq minutes Doudou se retrouve nez à nez avec un requin sorti de nul part. Le requin semble aussi surpris que lui et fait demi tour rapidement. On continue notre session snorkeling et la visibilité ne s’arrange pas vraiment. Une raie aigle passe à quelques mètres de nous.

On décide de revenir sur terre, la nuit commence à tomber. Douce s’installe sur la plage pour le coucher de soleil, Doudou ne quitte pas l’eau, des bébés requins passent et repassent encore à quelques centimètres de la plage, l’occasion est trop belle! On décide de se coucher tôt pour profiter dès l’aube de notre incroyable île, et le lendemain dès six heures et demi on se jette à l’eau!

28ème jour le 10/02

Premier constat: les méduses sont au rendez vous. On se rend vite compte qu’elles sont inoffensives et heureusement car on se retrouve à nager dans un banc entier de ces petites bêtes. Elles sont des milliers, c’est vraiment pas rassurant et la sensation de nager dans de la gélatine pas franchement agréable. Mais qui dit méduses dit tortues! Si nous les craignons, les tortues, elles, les adorent au petit déjeuner. Elles arrivent de partout et en font un festin. Puis c’est au tour des requins de sortir, la visibilité est bien meilleure qu’hier et on peut en profiter. Des raies aigles et pastenagues sont aussi de sortie, on en profite pendant plus d’une heure et demie.

On ressort de l’eau ravis et affamés, et on file au petit déjeuner. Les maillots n’ont pas le temps de sécher, on se renseigne à la marina sur des bons spots de snorkeling, histoire de changer et de varier les plaisirs. Bien sûr quand on nous parle de la shark Bay, on n’hésite pas longtemps, on traverse l’île en une dizaine de minutes, et nous voilà arrivés sur une plage de sable blanc, déserte. Après quelques mouvements de brasse on tombe nez à nez avec une tortue en train de se régaler de corail. Puis un requin citron nous passe devant. Il y a un peu de courant alors on décide de ne pas s’attarder. On ressort un peu déçu, la baie des requins… avec un seul requin! On rigole en se disant qu’on est devenu exigeant.

On se promène quelques minutes sur la plage et on repère une quinzaine de tâches sombres dans l’eau. On s’approche car ces tâches semblent bouger. En effet, ce sont des requins! On remet les masques et les tubas et on y retourne. Pendant plus d’une heure on nage avec des pointes noires qui sont aussi curieux que nous. On fait le plein d’images et de frissons quand les requins s’approchent un peu trop près. On a vu déjà pas mal de requins lors de nos plongées au Philippines mais là, ils ne sont qu’à quelques centimètres de nous dans tout juste un mètre d’eau. On croise aussi un énorme requin guitare. Fantastique! En ressortant on remarque qu’il y a aussi plein de bébés requins qui se cachent dans quelques centimètres d’eau au bord de la plage. Il est temps de faire un petit break. On retourne dans notre bungalow pour une bonne heure et en revenant sur la Shark Bay, plus rien! La mer s’est retirée et les requins avec. On continue quand même un peu notre session snorkeling mais il y a beaucoup de courant et pas grand chose à voir alors on décide qu’il est l’heure d’une bonne bière de plage pour profiter de ce début de soirée.

Une fois rafraîchis, une nouvelle session exploration s’annonce. On part à la recherche des bébés tortues. On est en pleine saison des éclosions et apparemment il n’est pas rare d’en croiser. On commence donc à arpenter la plage en scrutant les dunes où viennent pondre les mères. On s’approche d’un petit enclos où les “rangers” viennent mettre les œufs qui risquent d’être écrasés ailleurs. Au bout d’une trentaine de minutes, c’est juste à coté de l’enclos qu’un bébé tortue sort la tête et … Clap, dans le bec d’une mouette. Une deuxième pointe son nez eeet …Clap une deuxième pour les mouettes. C’est horrible de voir ça, les pauvres mettent déjà deux heures à sortir du sable et elles ont à peine le temps de voir la lumière du jour qu’elles se font croquer. On se précipite autour de la troisième avec un petit groupe de touristes pour la protéger des oiseaux. Cette fois c’est la bonne! On la suit à la trace et on écarte les mouettes de son chemin. C’est tellement attendrissant de voir une si petite chose faire un tel effort pour rejoindre la mer. Le chemin jusqu’à la mer est long quand on a de si petites nageoires. Au prix d’un effort considérable la voici qui rejoint enfin la mer. Les mouettes sont toujours de la partie et Doudou accompagne “Jack” (c’est comme ça qu’il a décidé de l’appeler) le plus loin possible en écartant les volatiles. Plus de oiseaux en vu? C’est bon Jack est libre d’aller vagabonder loin dans l’océan… enfin s’il parvient à éviter les requins qui rôdent dans le coin.

Quel moment magique! La nuit tombe, on marche encore un peu le long de la plage en direction du bungalow. Demain il faudra déjà retourner sur le continent et c’est un crève cœur.

29ème jour le 11/02

Ce matin on se lève tôt pour faire une dernière sortie snorkeling. On met la tête à l’eau mais c’est la déception, la visibilité est très mauvaise. On verra bien quelques poissons et une énorme raie qui surprend Doudou en lui passant juste en dessous. Après une trentaine de minutes inutile de continuer, c’est triste mais on ne voit rien.

On part se remplir le ventre au petit dej’ et le temps de faire les sacs il est déjà dix heures et c’est l’heure de partir. Sur le pont qui mène au bateau, les raies font une dernière apparition. Une vingtaine de raies passent tout près. Certaines sautent même hors de l’eau effrayant les petits requins qui nagent avec elles. Quelques tortues passent elles aussi devant notre bateau. C’est dur de résister à la tentation de se remettre à l’eau mais malheureusement, c’est l’heure de partir.

Après une traversée bien plus tranquille, on arrive sur la terre ferme. Après quelques courses on se remet en route, le temps file et on doit avancer. Trois cents kilomètres plus tard, on se pose dans un joli camping au bord de mer. Malheureusement impossible de se baigner, il y a des méduses partout et ça ne nous dit trop rien, elles sont nettement moins inoffensives que celles de notre île paradisiaque. La plage est déserte alors faute de baignade on se lance dans une grande promenade sur le sable.

Retour au van pour un petit barbecue et on file se coucher, la journée a été longue.

2 commentaires

  1. Comment ne pas adorer cet endroit et ces belles rencontres..😉
    Merci pour ces belles images qui nous permettent de voyager avec vous..
    A très vite pour la suite 😊😘

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

*