Nelson Bay,Port Macquarie, Byron Bay et un bon lit!

Notre itinéraire du 02 au 05 février

20ème jour le 02/02

Ce matin, juste derrière notre camping se tient une petite compétition de surf alors, on fonce voir ça. Le cadre est très sympa, juste à côté de grande dune de sable où attendent quelques dromadaires pour emmener les touristes faire une balade. On se contentera de la compét’ nous, le dromadaire on en a déjà fait en Inde  et ça fait mal au… On reste donc une petite heure à regarder les surfeurs se démener sur les vagues. L’ambiance est cool, à la surfeur quoi.

On reprend la route à la recherche de koalas. Il semble y en avoir dans le coin d’après un plan récupéré au camping. On fait un premier arrêt sur la Fenninghams Island. Il ne semble y avoir qu’un camping ici. Douce va à la pêche aux infos. « Des koalas? Oui il y en a, j’en ai vu deux il y a trois mois » « Haaaaa, ok ». Évidemment on ne reste pas, les probabilités ne semblant pas jouer en notre faveur.

On file dans la petite péninsule juste au dessus de nous où d’après notre plan il semble y avoir plus de koalas. On file donc et on s’arrête à Tilligerry Habitat. Il y a une petite balade à faire entre forêt d’eucalyptus et bord de mer. Un des bénévoles du centre nous accompagne parce que quelqu’un a repéré un koala ce matin et il veut signalé l’endroit avec un petit plot. On marche donc quelques minutes avec lui, il nous apprend plein de choses comme quels eucalyptus préfèrent les koalas, avec quelles plantes les aborigènes faisait le pain et il nous montre des plantes fascinantes qui ne poussent qu’après un incendie. On arrive enfin là où est censé être la boule de poils. Déception. La personne a confondu un nid de possum avec un koala… On est un peu déçu. Notre guide nous dit de continuer la balade pendant que lui va chercher dans un coin où ils ont l’habitude de faire la sieste. On fait donc un tour et la balade est très belle.

On retourne au centre pour savoir si notre guide a trouvé une boule de poil et OUI! Il nous montre un arbre où effectivement il y a un jeune mâle qui fait un somme. C’est toujours émouvant de les voir. Douce fond quand la bête se gratte dans son demi sommeil.

Super contents, on repart direction Lemon Tree au bout de la Péninsule pour déjeuner et peut être recroiser des koalas. Pas de chance cette fois, même après une balade digestive, on n’en croisera pas d’autre. On reprend la route toujours direction Brisbane. On fait une pause café a Bulahdelah qui n’a pas d’intérêt majeur si ce n’est la possibilité de prendre un café. Douce repère une plage prénommée « Seal Rocks » en cours de route et on fonce en se disant que c’est un coin à phoques (Seal). Une fois de plus on s’est fait avoir par le nom. Pas d’animaux marin ici mais la vue est très sympa.

On s’arrêtera pour la nuit au New driver Reviver qui est plus un parking avec toilettes qu’une aire de camping à proprement parlé mais l’endroit est tenu par des volontaires adorables et c’est très propre.

21ème jour le 03/02

Ce matin le temps est plutôt favorable: soleil et 30°C, un temps très normal pour cette saison. On avance donc vers la ville de Port Macquarie pour aller au Koala Hospital. On s’arrête avant visiter la Roto House une vieille maison coloniale restaurée de 1890. C’est plutôt joli mais on préfère les koalas. On arrive donc dans un lieu où les koalas malades ou blessés sont récupérés et soignés pour être réintroduis dans la mesure du possible. Les cas les plus souvent traités sont les attaques de chien lorsqu’ils traversent les jardins pour trouver un nouvel arbre, les accidents avec des voitures, les brûlures suite à un incendie ou encore les maladies, notamment les chlamydias qui les rendent aveugles. On apprend plein de choses sur ces boules de poils. C’est intéressant, attendrissant et un peu triste parfois. Beaucoup sont aveugles et ne peuvent être relâchés.

On prend le temps d’une promenade dans le parc de la ville en espérant croiser quelques koalas. On croisera des chauves-souris par centaines, des lézards par dizaines et le veille ennemi de Douce oublié, un rongeur! Doudou essaye de le faire partir mais il est blessé et la scène dure plusieurs minutes avant que le rongeur ne file.

On passe une petite heure dans cette mini forêt avant de reprendre la route. On a pas mal de route à faire alors on file pendant 350 kilomètres jusqu’à notre camping. On arrive pile à l’heure pour l’apéro! Le camping Suffolk Beachfront Holiday Park est un peu cher mais il a l’avantage d’avoir un accès direct sur la plage. On prend nos verres et on va profiter des derniers rayons de soleil avant la nuit. Petite baignade du soir pour Doudou. La plage est splendide, l’eau est bonne et il n’y a presque personne. Le Paradis!

22ème jour le 04/02

Impossible de lever le camp sans se faire une petite baignade avant de décoller! C’est vraiment trop bon!

Malheureusement il est déjà dix heures, heure du check-out, nous partons donc mais pas bien loin, direction Byron Bay, LA ville esprit surfeur-bobo par excellence. On commence par une petite balade dans les hauteurs de la ville. Un phare qu’on croirait ramené de Santorin domine une mer qui prend une couleur bleu turquoise à l’approche de la plage. On se régale de la vue à chaque point d’observation et on regarde, non sans admiration, les joggeurs qui entreprennent cette ascension en plein soleil. Petit moment culpabilité, des gens qui font du sport… Nous on ne fait plus que de l’apéro! Il serait peut être temps de s’y remettre.

Épuisé par leurs performances, on reprend des forces à coup de yaourt glacé dans le centre ville. On verra demain pour le sport.

 

Voir cette publication sur Instagram

 

🇦🇺 Petite pause frozen yogurt à Byron Bay. Au top 👌🇦🇺

Une publication partagée par Globe Foodeur (@globefoodeur) le


Ici, pas de grosses franchises, pour la première fois, on découvre une ville sans Mcdo, KFC ou Subway. La ville respire le cool et le chill. On aimerait s’installer là des années mais on a encore plein de choses à découvrir. Cap sur la plage de Cabarita, pour une pause déjeuner et baignade.

Repus et rafraîchit, Wallace nous emmène vers une ville appelé Surfer Paradise. La centaine de kilomètres parcourue depuis Byron Bay semble nous avoir transportée dans un autre monde. Surfer Paradise n’est sûrement pas le paradis des surfeurs mais plutôt du tourisme de masse. D’immenses gratte-ciels semblent avoir poussé d’un coup. La longue plage est bordée d’immenses hôtels qui doivent vendre la vue mer à prix d’or. Dans l’eau, les cours de surfs sont légions pour les touristes en quête d’esprit australien. Bref ça n’a aucun charme, du jamais vu depuis notre arrivée en Australie. On ne s’attarde pas et on se remet en route.

Prochain arrêt le 45-48 Attunga road chez Hervé et Maxine. Hervé est le frère d’amis des parents de Douce et avec Maxine sa femme, ils sont installés en Australie depuis plus de vingt ans! On a été très gentiment invité à passer quelques jours chez eux. Le bout de route qui nous sépare d’eux est vite fait et on découvre une charmante maison avec deux chiens adorables et des dizaines d’oiseaux magnifiques. Hervé et Maxine sont d’une gentillesse sans égale et nous passons une excellente soirée, bien arrosée, à raconter nos voyages et à en apprendre davantage sur la vie en Australie. Leur terrasse est un excellent point de vue pour observer toutes sortes de magnifiques oiseaux mais pas que! Dans la soirée un Possum est venu nous rendre visite. Suspendu par la queue, il se sert dans les graines pour oiseaux. Le Possum fait parti aussi des animaux un peu emblématiques de l’Australie alors on est content de pouvoir l’ajouter à notre album photo!

23ème jour le 05/02

Aujourd’hui, rien. On a retrouvé un lit, un vrai, alors on en profite pour faire une grasse mat. On est juste à côté de Brisbane mais on a pas le courage d’aller se balader aujourd’hui. Comme d’habitude quand on ne fait rien on avance le blog, tout en observant les cacatoès et autres perruches qui font un raffut monstre.

On finit par aller faire quelques courses dans un immenses Mall à Springfield mais on ne croisera aucun membre de la famille Simpson. Deuxième soirée sous le signe du champagne. La générosité de nos hôtes est un délice et encore une fois l’accueil des australiens est vraiment incroyable. Merci encore à eux pour ces moments de partage.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

*