Valparaiso: Valpo, mi amor

Après une nuit de bus, on débarque à Valparaiso ou Valpo pour les intimes. Première mission rejoindre notre auberge, le Lemuria hostel. On décide de s’y rendre en transport en commun mais c’est pas gagné. On demande à droite à gauche comment rejoindre le Cerro Alegre et on nous indique dix façons différentes d’y aller. Après une bonne demie heure de recherche, on finit par rejoindre une rue où passe des tonnes de bus, on trouve le bon et c’est parti! Le trajet qu’il  empreinte suit une route tortueuse  avec une vue imprenable sur la ville et nous dépose non loin de notre destination. C’est pas le chemin le plus court mais la vue est épatante.

On dépose les affaires et on part se promener. Valparaiso c’est la capitale du street art et notre auberge est situé dans un des quartiers les plus graffés. On passe des heures à se balader et à découvrir à chaque coins de rue de nouvelles oeuvre d’arts.

On descend vers la Plaza Sotomayor et le port de la ville.

L’atmosphère est incroyable et on flâne entre le Cerro Alegre et le Cerro Conception.

On se balade et nos yeux sont attirés par un atelier d’artiste qui a l’air très cool. Il fait pas mal de déclinaison des soupes en canettes de Warhol mais version Valparaiso. C’est cool, on adore et on achète pleins de ces œuvres, formats carte postale (manque de place oblige), on pense déjà à la déco de notre future maison, pour quand on sera retourné dans la vraie vie. L’artiste est adorable et on passe un long moment à discuter de son travail.

On traîne, on cherche les terrasses les plus chouettes pour tester les bières et vins du pays. La journée passe vite, la nuit tombe, on se trouve un coin pour se poser et dîner avant de rentrer à l’hôtel. Kevin et Doudou finissent la soirée sur le rooftop de l’auberge qui organise une soirée, Douce part se coucher, épuisée.

Ce matin, visite de la La Sebastiana, l’autre maison du poète Pablo Neruda. Magnifique maison bleue sur trois étages, on replonge dans l’univers de l’artiste. On préférera celle de Santiago, plus intéressante même si celle-ci est tout de même chouette. Malheureusement, nous n’avons toujours pas le droit de prendre des photos de l’intérieur, on vous partage donc les quelques photos des extérieurs.

Après cette visite, on continue notre balade de Valparaiso et on suit, à pied, le chemin bus que nous avions pris le premier jour en bus. On tourne, on tourne, les rues de la ville sont un spectacle dont on ne se lasse pas. On s’arrête pour manger quelques empañadas, pour boire des verres bref comme hier mais on adore.

Aujourd’hui on se sépare, les garçons d’un côté, la fille de l’autre! Pas d’inquiétude, personne n’est fâché. Les garçons voulant faire du surf, ils partent à Concon pour chatouiller de la vague. Douce de son côté préfère faire travailler le cérébral et se rend donc à Santiago pour visiter le musée d’art Pré-Colombien. Les départs se font tôt. Après une heure de bus, les garçons arrivent sur la plage et ils ne sont pas les seuls. Visiblement le spot est plutôt connu et tous les niveaux sont représentés, des meilleurs aux vrais débutants. Au premier surf shop, les planches sont louées et c’est le début de la session.

Les plus grosses vagues sont pour les garçons qui glissent sur l’eau avec une grâce presque divine. Ils ne forment qu’un avec leurs planches. Les figures s’enchaînent et les vagues semblent se plier à leurs exigences. Sur la plage les touristes médusés les regardent disparaître dans le creux des vagues et réapparaître avec panache. Lorsqu’un groupe de dauphins s’approchent et s’élance dans les airs en même temps qu’eux les applaudissements des locaux se transforment en un tonnerre d’acclamations. Les autres surfeurs sortent de l’eau, par respect et saluent les « surfador blanco de la muerte »… Nous sommes tristes de n’avoir pu récupérer aucune photo ou vidéo de cette journée pour vous faire rêver autant que les chiliens présents ce jour là. (Vous aurez bien sûr compris que ce passage, sans mensonge ni exagération, il n’oserait pas, a été écrit par Doudou…)

Pendant ce temps là, Douce découvre les merveilles artistiques d’antiques civilisations à Santiago. Elle adore et y passe plusieurs heures. 

Fin de la session des garçons, il est l’heure de se prendre une petite bière en terrasse pour parfaire cette session entre potes. Une fois rafraîchis, il faut rentrer. Timing parfait, Douce revient également de sa balade culturelle et on se retrouve donc pour un verre. Finalement, appâtés par la carte, nous restons pour le dîner et on ne le regrette pas. Un peu plus cher que d’habitude certes mais on se régale.

 

Voir cette publication sur Instagram

 

🇨🇱 On a pas pu attendre le Pérou pour goûter le ceviche. En tout cas, même chilien, celui là était super bon et énorme!🐟👌🇨🇱

Une publication partagée par Globe Foodeur (@globefoodeur) le

Ce soir, on reprend le bus de nuit direction La Serena, une halte sympa pour découvrir la vallée de l’Elqui, avant San Pedro de Atacama.

1 commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

*