Les débuts indiens: Lucknow

Lucknow est une petite ville indienne, de trois millions d’habitants. Elle nous rappelle la Chine, des dizaines et des dizaines d’immeubles en construction, pour la plus part laissé à l’abandon. A première vue, la ville ne présente pas d’intérêt touristique majeur. On pose nos affaires dans une belle auberge de jeunesse, la chambre est nettoyée « à l’indienne ». Mégots par terre, papiers bien cachés derrière les rideaux, mais les draps sont propres, c’est déjà ça!

Il est 18 heures, et fort de notre expérience népalaise sur les temps d’attente, on décide de commander le dîner! 22 heures, on est servi! Quatre heures pour préparer du riz et un dal de lentilles et tofu, belle performance… Pas de doute, l’Inde va nous demander autant de patience que le Népal, heureusement c’est un vrai régal! Rebelote au petit déjeuner, deux heures après l’avoir demandé, nos chapatis arrivent, avec du Ketchup! Miam…

Le gérant de l’hôtel est adorable, il s’occupe de nous réserver nos tickets de bus pour Agra, il nous donne plein de conseils, et nous appelle un taxi pour aller visiter la ville! Un trajet au tarif indien donc, on a évité le tarif « spécial blancs ». On s’en est vite rendu compte, la différence peut facilement aller du simple au triple. On se fait déposer à la Bara Imambara de Lucknow, une splendide mosquée du XVIII siècle. Plein de palmiers, un grand jardin luxuriant et des bâtiments magnifiques, l’Inde nous révèle ses premiers trésors. 

On se ballade dans la ville et on s’arrête manger dans notre premier boui-boui indien.Ça ne ressemble à rien mais c’est bon!

Il est déjà l’heure de passer chercher nos sacs et de prendre notre premier bus de nuit indien. Un ami du gérant de l’hôtel travaille à côté de la gare des bus, il propose de nous y déposer. Un peu naïvement, on demande combien cela va nous coûter. Rien est gratuit ici, et pourtant! C’est notre première rencontre marquante ici, on est tombé sur un indien d’une gentillesse incroyable. On fait les quarante minutes de trajet en parlant de l’Europe et des pays qu’il a déjà visité, la France est un de ses prochains projets. Il refuse que nous mangions dans un boui-boui au bord de parking, et franchement ça nous arrange. Il nous accompagne dans une épicerie européenne et nous invite à manger! Enfin, il nous reconduit au sordide parking, refusant de nous y laisser seuls. On attend, au frais dans sa voiture, le début de l’enregistrement. A l’heure prévue, on embarque et on le voit donner un billet au chauffeur… On est ses amis et il vient de le payer pour qu’il n’arrive rien à nos bagages et qu’on nous réveille à l’arrivée à Agra. Accolades et échange de numéro, le rendez vous est pris pour un dîner à Paris. On a surement été très chanceux, mais cette rencontre aura eu le mérite de nous détendre… Autant de gentillesse et de bienveillance, ça surprend mais ça fait vraiment du bien.

3 commentaires

  1. Quel magnifique article rempli d’émotions et de gentillesse…. 😍😍 Encore un immense bonheur de vous lire 😊
    Gros bisous à vous 2 😘💕

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

*