Notre passage de la frontière Laos-Cambodge

Dernier réveil laotien, notre bateau réservé la veille sera là vers 7h30. On boucle nos sacs en un temps record, on est devenu des vrais pro du faire et défaire nos affaires! Dernier petit tour dans les rues de l’île, c’est l’heure du début de l’école, et des dizaines d’enfants en uniforme arrivent à pied ou en vélo! Beaucoup font un arrêt au stand crevettes et boulettes à l’huile installé devant le portail. Miaaaaam la bain d’huile avant huit heures… dernières photos, et on embarque!

Un premier bus nous dépose devant le poste frontière, à nous de jouer… ou pas d’ailleurs! On le savait le passage terrestre de la frontière Laos-Cambodge est rarement une partie de plaisir! C’est la plus corrompue des frontières d’Asie du sud-est! On a lu des tas de blogs de voyageurs, certains ont réussi à y échapper après de très longues tractations et un patience en or, d’autres n’ont pas eu le choix que de céder!

Lorsque l’on arrive, il y a déjà une trentaine de personnes qui font la queue, c’est pas bon signe… pour sortir du pays c’est deux dollars! Les gens glissent deux billets verts dans leur passeport avant de le tendre au douanier sinon, pas de tampon de sortie! Tout le monde devant nous paye sans protester ou presque! On sait déjà que ça va être compliqué pour y échapper! C’est notre tour, on tend nos passeports, vide, échec bien sûr! Le douanier commence à hurler, on lui dit qu’on n’a pas quatre dollars et qu’on sait qu’on ne doit pas payer! Il a nos passeports dans les mains et les jettent à l’autre bout du comptoir! On ne peut pas les récupérer, une vitre nous sépare de nos biens les plus précieux! Il nous hurle encore dessus pour qu’on laisse la place, on refuse, il crie plus fort, on finit par céder… comme tout le monde! On avance donc vers le poste frontière Cambodgien après s’être délesté de quatre dollars.

Deuxième point critique, la visite médicale! Un homme derrière une vitre prend un dollar par personne pour vous délivrer un papier jaune qui certifie que vous êtes en bonne santé! Il doit avoir dans ses lunettes magiques: scanner, IRM et thermomètre… A moins que ce soit le petit billet que les gens lui tendent qui assure une santé de fer! On réussi a y échapper, on a nos livrets de vaccination et ça fait l’affaire! Quand des gens tentent de protester ou de quitter la file d’attente pour se rendre au bureau des visas, c’est reparti pour des hurlements!

Troisième point critique, c’est Doudou qui prend les choses en main! Au bureau de l’immigration cambodgienne, le visa doit coûter trente euros pourtant on nous en demande trente-cinq! On tend donc soixante dollars et on fait semblant de ne pas comprendre! Nouveau vol plané de nos passeports, le douanier derrière sa vitre hurle de plus belle. Si on ne paye pas on ne passe pas! Douce se mord la langue pour se taire, il paraît qu’il faut garder son calme! Doudou joue sur l’humour, récupère les passeports et les redonne à l’agent. Nouvel echec, nouvelle blague, pas plus de succès! Le problème qui se pose c’est le temps, un bus nous attend à la sortie et il part dans une petite heure. On sait qu’il finira par craquer mais lui sait qu’on est pressé! Selon les retours de voyageurs, certains ont attendu pendant près de dix heures avant que le douanier ne cède…  La dizaine de touristes derrière nous rigole de nos tentatives infructueuses, mais on bloque le comptoir et certains commencent à rigoler jaune, tout le monde a un bus qui les attend! Au quatrième échec, on cède, dix dollars de plus, Doudou n’a pas perdu son sens de l’humour, et demande au douanier d’au moins s’acheter une bière et trinquer à notre santé avec l’argent qu’il nous a volé!

Mais c’est pas fini! Il reste un bureau à passer, celui du tampon cambodgien, et bien sûr il n’est pas plus gratuit que les autres, officieusement en tout cas! C’est à nouveau deux dollars par personne… La chance nous sourit pourtant, on a du tomber sur le seul officier honnête du poste frontière, il ne nous demande rien! On ne demande pas notre reste! On récupère nos passeports et nous voilà officiellement au Cambodge! On a quand même perdu quatorze dollars dans la bataille… Pas très fiers d’avoir céder aux hurlements des douaniers, mais ils sont rudement bien entraînés!

Le bus nous attend, direction Siem Reap, c’est parti pour sept heures de bus! A nous Angkor et ses temples ! Enfin ça c’est pas tout à fait passé comme prévu, mais on vous raconte la suite dans le prochain épisode!

1 commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

*