Dunedin, Oamaru et le Mont Cook

Notre itinéraire du 15 au 17 mars

22ème jour le 15 mars 

On lève le camp, direction Dunedin. A priori Dunedin n’est pas une ville incroyable, on suit donc les conseils du guide réalisé par notre agence de location de van et on va visiter le jardin botanique. La ville est vallonnée et plutôt agréable aux premiers abords. On se gare en haut du parc pour profiter de la vue, et on n’est pas déçu.

Il fait beau, même un peu chaud alors on se pose pour un petit café en terrasse. La belle vie. On continue notre tour et on découvre une immense et magnifique roseraie. On passe un long moment à observer toutes les variétés et surtout à les sentir. Il y en a pas deux qui ont le même parfum, l’une a des notes de gingembre, l’autre est presque vanillée d’autre encore nous font penser à des agrumes.

On passe un joli moment avant de remonter pour continuer notre balade de la ville avec Vins. Enfin, plutôt que passer du temps en ville on préfère longer la Highcliff Road, qui nous offre un joli panorama de la baie.

On a entendu parlé du château de Otago et on aimerait bien y faire un tour. Perché en haut d’une colline il paraît que la vue y est sympa. Arrivés sur place, il faut payer douze dollars par personne pour accéder au jardin et trente-six pour les jardins et le château. On préfère économiser quelques sous pour un restaurant, alors on passe notre chemin.

On continue notre promenade jusqu’à arriver au Royal Albatross Centre. Comme son nom l’indique, il est possible d’y observer des albatros Royal et effectivement au bout d’un petit chemin se trouve un magnifique point de vue survolé par de gigantesques albatros. Ces oiseaux d’une envergure de près de trois mètres cinquante passent et repassent au dessus de nous. C’est impressionnant mais impossible de les prendre en photo, malheureusement, ils sont bien trop rapides.

Après quelques minutes d’observation on décide de reprendre la route, il commence à pleuvoir. En écoutant la radio, on apprend la terrible nouvelle, des attentats ont eu lieu à Christchurch. On n’a pas encore beaucoup d’infos, mais le moral n’y est plus. L’ambiance dans la ville est à l’image de la météo, triste et grise. On s’arrête pour une lessive et quelques courses, et on décide de dormir au plus près, tant pis pour le programme.

23ème jour le 16 mars

Hier on a donc préféré retourner dans le même camping le Warrington Domain, afin de finir la journée et d’être sûr d’avoir une place. En plus d’être bien situé, il y a de la place, il est juste au bord de la mer et il y a des toilettes à chasses d’eau. Comment ça? Vous ne trouvez pas ça incroyable des toilettes à chasse? Et bien passez un mois à faire vos besoins dans des toilettes de chantiers, après une trentaine de personnes et on peut vous assurez que vous serez ravis de ne voir rien d’autre que de l’eau au fond de vos toilettes! Bref, la journée commence par un petit déjeuner au soleil et ça fait plaisir! Il fait encore frais mais ça remonte quand même sacrément le moral.

Aujourd’hui, petit programme, alors on prend le temps et on commence la journée par une petite balade sur la plage. On a à peine une heure de route pour rejoindre Oamaru, une petite ville de bord de mer qui a apparemment conservé son architecture Victorienne et où il fait bon se promener. On décolle donc après avoir fait le plein d’eau et d’essence. On pose Vins au Harbourg Tourist Park, un camping payant cette fois car il n’y en a pas de gratuit dans la ville. Il faudra quand même y laisser quarante-deux dollars… On se rappelle soudainement pourquoi on a passé autant de temps en camping gratuit…

Une fois installés, il est déjà midi et ça fait un moment qu’on a dans l’idée de tester le fameux agneau de Nouvelle-Zélande! On se décide donc pour un resto “The last post”, recommandé par Frogz notre agence de location de van. Malheureusement pas d’agneau aujourd’hui. Tant pis ça sera rôti de porc pour Douce et Fish and chips pour Doudou. C’est très British, mais vraiment bon.

On fait un petit tour de la ville qui est pleine de charme. Les bâtiments sont bien conservés, il y a plein d’espaces de jeux pour enfants qui nous auraient fait vraiment marrer si on avait eu le courage de pousser les enfants pour jouer à leur place. Raisonnables, on opte pour une balade le long de la mer, on n’est pas déçus et on voit au loin les lions de mer bronzer sur les rochers. La ville semble aussi avoir une drôle de tradition avec un genre bien particulier de science fiction appelé « SteamPunk”. Il y a un musée qui lui est consacré, un festival en mai, plusieurs œuvres dans la ville sont exposées et des boutiques vendent des accessoires. C’est surprenant, ça ne colle pas vraiment avec le style de la ville mais pourquoi pas après tout. On passera donc la journée à se balader et à manger une glace au bord de l’eau.

Pour finir, le soir tombant, Doudou repère un barbecue et craque. Il faut aller acheter une grillade pour terminer proprement cette journée! C’est chose faite! On se régale, au chaud à l’intérieur de Vins.

24ème jour le 17 mars

Ce matin réveil matinal, on quitte notre camping tôt et on prend la route direction le Mont Cook! Bon, l’ambiance est mitigée car pour aller au Mont Cook on fait un sacré détour et vu les nuages il y a peu de chance qu’on puisse apercevoir quelques montagnes que ce soit. Le lac Pukaki que l’on longe un moment nous offre un spectacle presque en monochrome. Une déclinaison entre le bleu et le gris qui ne présage rien de bon pour le reste de la journée.

On roule pendant deux heures et demi jusqu’au village Mont Cook. On décide d’aller faire un tour au centre d’informations comme on a pris l’habitude de faire, notamment pour savoir si la balade de trois heures que l’on comptait faire vaut la peine avec ce temps. A l’accueil on nous dit que ça vaut le coup, qu’il y a quelques points de vue sympas sur la vallée et qu’on ne devrait pas être déçu. On nous indique aussi la direction du lac Tasman, une belle balade de quarante minutes pour observer les icebergs qui se sont détachés du glacier.

On se met donc on route et arrivé sur place on aperçoit une mince ouverture dans les nuages qui laisse apparaître un petit bout de montagne, on se console en se disant qu’au moins on aura vu une montagne aujourd’hui.

Le sentier est assez fréquenté par les touristes asiatiques mais la balade est agréable. L’ouverture dans les nuages se fait de plus en plus large et nous donne un peu d’espoir pour la suite. Après vingt minutes de montée un peu raide, on arrive au point d’observation. Le lac est envahi d’iceberg blanc et noir flottant a sa surface. On est super content de notre balade d’autant plus que les nuages semblent se dissiper de plus en plus.

On fait demi tour et on décide de prolonger la balade en se rapprochant du lac. Et après tout juste quinze minutes on arrive au pied du lac. L’endroit est magique. Les nuages viennent de disparaître et le rayons du soleil font briller les icebergs sur le lac. Comble du bonheur, on est absolument seul! Le lieu est magique.

On s’approche de l’eau car Doudou compte bien mettre un pied dans le lac pour voir si c’est si froid que ça. Et oui c’est glacé (logique…)! Impossible de garder les pieds immergés plus de 3 secondes sans ressentir le froid qui vous transperce de bout en bout. Douce, dubitative se laisse tenter par l’expérience et son verdict confirme la première impression, c’est froid, très froid! On reste là un peu moins d’une heure à contempler le paysage et à faire le plein de photos.

Le soleil brille sur Townsville, euh sur le Mont Cook! Et on se met en route en direction du Hooker Valley track une marche de trois heures très tranquille pour approcher le mont de plus prêt. Une fois de plus le spectacle est vraiment splendide et on avale les kilomètres tranquillement. On l’aura vu! Le mythique Mont Cook! On aurait pas parié un centime ce matin mais la météo a été de notre côté… 

L’après-midi passe vite finalement et on est de retour vers cinq heures au van. On décide d’avancer encore un peu aujourd’hui car on doit rejoindre Kaikoura demain et c’est pas la porte à côté! On avance donc jusqu’à Tekapo à une heure trente de route.

Sur la route on repasse par le lac Pukaki qui s’est transformé avec la disparition des nuages. On s’arrête un moment car le spectacle du reflet des montagnes dans le lac est grandiose.

On se pose finalement au Patterssons Ponds Camping Ground, un grand terrain gratuit perdu au bord d’une rivière. Il y a même du réseau! Oui, maintenant il nous en faut vraiment peu pour nous rendre heureux en camping.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

*