Rencontre avec les dauphins Hector à Curio Bay

Notre itinéraire du 13 et 14 mars

20ème jour le 13 mars

Ce matin, on va tenter d’aller nager avec les dauphins! On roule donc jusqu’à Curio Bay où l’on a repéré un surf shop. L’idée, c’est de louer des combinaisons car l’eau est carrément glacée et un paddle ou une planche pour s’approcher des dauphins. Arrivée vers dix heures, la boutique est fermée… Du coup on passe un coup de fil, on laisse un message et le gérant nous rappelle en nous disant qu’il arrive dans quelques minutes. Parfait!

On lui demande donc des combinaisons, des paddles et s’il a des infos à nous partager sur les dauphins qui vivent dans la baie. “Je suis pas habilité à vous parler des dauphins, je suis une école de surf pas une office de tourisme”, OK… nous on voulait juste savoir s’il en avait vu récemment, mais bon… On vous laisse imaginer notre tête! Il nous explique ensuite que pour les combinaisons il n’y a pas soucis mais que pour les paddles il ne veut pas nous les louer. En effet, il y a du vent, des vagues et on est complètement novice en la matière. On est un peu déçu, on essaye de négocier mais rien n’y fait. Ce monsieur est pressé, il nous dit de revenir demain et il verra en fonction du vent et des vagues pour le paddle.

C’est un peu la douche froide. Nous qui voulions nager avec les dauphins, on ne le fera pas. Après un rapide coup d’oeil de toute façon, on ne voit rien qui ressemble à un dauphin dans cette baie. Maintenant il ne reste plus qu’à décider si on reste un jour de plus ou pas, en espérant les voir demain… On est en avance sur notre itinéraire du coup on se dit que ça vaut le coup de patienter une journée. On va donc se caler au café du camping de Curio Bay où on avance le blog une grosse partie de la journée.

En fin d’après-midi on se décide pour une petite balade. On parcourt la baie et on rejoint un point de vue où il est normalement possible d’observer des manchots à oeil jaunes, une des espèces les plus rares. On repère rapidement un poulpe qui se repose dans les quelques centimètres d’eau qu’a laissé la marée basse. On crapahute un moment sur ce qu’on croit alors être des cailloux mais qui s’avère être en fait les restes d’une forêt fossilisée. C’est une volontaire qui surveille les pingouins qui nous explique cela. Elle nous dit aussi qu’il y a environ quatre pingouins qui nichent ici en ce moment. Normalement on devrait pouvoir les voir avant la tombée de la nuit. Honnêtement on a pas le courage d’attendre tout ce temps dans le froid et on préfère aller se coucher tôt pour aller nager demain.

Retour donc au même camping qu’hier pour une bonne nuit de sommeil.

21ème jour le 14 mars

Réveil matinal, on a rendez-vous à huit heures au surf shop. On est pile dans les temps et on retrouve le très antipathique moniteur de la veille.

  • “Oui c’est vrai qu’il n’y a pas de vent ce matin et pas trop de vagues non plus mais comme vous en avez jamais fait je préfère pas vous les louer”,
  • “Ok… ça aurait été cool de nous le dire directement hier »
  • “En plus, il y a pas de dauphin”
  • “Et ça c’est quoi?”
  • “Des lions de mer”
  • “Avec des ailerons?”
  • “Ah, ouai c’est peut-être des dauphins, bon, je peux vous louer les combinaisons et des bodyboards”

BANCO! On testera le paddle une autre fois. On s’équipe et on se met à l’eau. Les combinaisons semblent plutôt efficaces et la mise à l’eau n’est pas si terrible. On nage donc une dizaines de minutes là où on a repéré du mouvement. Avec deux cailloux récupérés sur la plage, on fait du bruit en les choquants dans l’eau. Normalement, c’est censé les attirer. Et ça marche! Les voilà qui se dirigent vers nous. Ils sont carrément avec nous! Ils sortent juste sous notre nez et nous glissent entre les jambes, c’est fou! On est tout seul dans l’eau avec eux, c’est incroyable! Pendant près d’une heure on restera avec eux. Un kayak nous a rejoint et quelques bodyboard aussi profitent de la présence des dauphins qui font d’incroyables sauts dans les vagues. L’excitation est au maximum. Ce sont des dauphins Hector, les plus petits dauphins que l’on ne trouve qu’en Nouvelle-Zélande.

Le moment est magique mais l’eau frôle les treize degrès et il doit faire quelque chose comme dix degrés dehors alors malgré les combinaisons on commence à avoir vraiment froid. Très froid. Les dauphins se sont visiblement lassés de nous et ne s’approchent plus autant, alors au bout d’une heure et demi on décide de sortir de l’eau. Le temps d’enlever notre équipement, on se fait attaquer par des dizaines et des dizaines de sandflies. On est congelé. On arrive à peine à enlever les combinaisons car nos mains n’arrivent plus à bouger. Bref, on finit par trouver une douche bien chaude pour se rincer et ça c’est le bonheur. On retourne au café de Curio Bay pour finir de se réchauffer  autour d’un bon café et regarder les vidéos. On vient de vire ce moment, et pourtant, en regardant les images on est bouche-bée… Quelle chance on a eu! Si il ne faisait pas si froid, on y retournerai!

Vers midi, il est temps de se mettre en route. On doit rejoindre Dunedin. En route, on s’arrête à Cannibal Bay. La plage est connue pour sa colonie de lions de mer. Effectivement, il y en a plein! Comme la dernière fois, la plupart dorment paisiblement mais cette fois par deux. Ils sont collés l’un à l’autre pour se tenir chaud. Au bout d’un moment un couple se forme et se lance dans une session de câlins amusantes. C’est vraiment un drôle de moment.

Quand Douce finit enfin par lâcher son appareil photo, après plus de cents images de lions de mer, on reprend la route en direction du Warrington camp, un camping gratuit juste après Dunedin. Notre étape de demain! Il y a encore un peu de place quand on arrive et le camping est plutôt bien équipé. Quoi de plus pour couronner cette journée?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

*