Cusco: premiers pas péruviens

Nous voilà donc embarqué dans un bus de nuit, pour Cusco, notre première étape péruvienne.

Le bus est confortable, le chauffeur conduit prudemment (ô miracle), le seul problème c’est le froid… On passera le voyage entier à grelotter… Bon aller! Dix heures c’est pas si long…

Il est presque sept heures quand nous arrivons, on saute dans un taxi, direction notre auberge. On sonne, on attend, personne, on est congelé, on sonne encore… Quelqu’un finit par nous ouvrir, et nous explique qu’il est encore tôt… Le décalage horaire! On avait oublié, il n’est en fait pas tout à fait six heures et on vient de réveiller l’auberge entière. Oups!

En attendant notre chambre, on peut s’installer dans le salon, avec un thé brûlant et des plaids sur les canapés, ça commence à aller mieux. Un petit déj, et on part visiter la ville. Pas de temps à perdre, il y a tellement de choses à faire…

On se balade, de places en places, l’architecture est magnifique et la ville est propre et particulièrement charmante. Seul point négatif qu’on avait presque oublié ces derniers mois, le racolage dans la rue. Retour cinq mois plus tôt en Asie: Massage? Excursion? Restaurant? Bonnet péruvien? Hôtel? Par dizaines les vendeurs vous mettent leur menu et autres objets de collection sous le nez. Ça ne nous avait pas manqué, mais ça fait parti du jeu, à nous de se réhabituer à la sollicitation permanente.

La plaza de Armas vaut à elle même une visite, avec ses parterres de fleurs et sa fontaine, elle est entourée d’arcades et d’églises. C’est vraiment agréable d’y flâner, alors on ne s’en prive pas.

Premier arrêt à l’église “Compania de Jesus”, imposante bâtisse datant de 1650, construite sur un temple Inca, en grimpant un escalier en bois derrière un des retables, on peut accéder aux tours, ouvertes sur la place, un point de vue parfait sur la ville.

Après une petite sieste direction le musée d’art pré-colombien, certainement le plus joli musée que nous avons fait depuis le début de notre tour du monde. Il faut dire qu’ils ont fait les choses bien, tout est traduit en français, et ils proposent même un audioguide. L’histoire des civilisations précolombiennes en espagnol nous aurait peut-être moins passionnée.

On découvre l’incroyable richesse des céramiques, des sculptures, des bijoux… De salle en salle, on nous narre l’histoire pré-Inca à travers les poteries et autres céramique retrouvées au fil du temps. Super intéressant! On ressort à la nuit tombée après deux bonnes heures de visite.

Après une journée de repos, on repart arpenter la ville, au programme la Cathédrale, le marché San Pedro, et le musée du Machu Picchu.

La cathédrale nous partage, on commence à moins apprécier les beautés des églises…. Il faut dire qu’on en a tellement visité ces trois derniers mois, qu’on ne peut même plus les compter. Celle ci est impressionnante par sa taille et sa richesse, alors on ne fait pas les enfants gâtés et on en profite au maximum. Malheureusement, une fois n’est pas coutume: photos interdites à l’intérieur…

Le musée du Machu Picchu, nous permet d’en apprendre plus sur l’histoire du lieu et surtout de sa découverte. Plein d’anecdotes amusantes, et une notamment: c’est un Français qui a découvert le Machu Picchu près de cent ans avant Hiram Bingham, il l’a précisément localisé sur une carte, mais ne s’y pas arrêté. Il n’avait visiblement pas mesuré l’ampleur de sa découverte puisqu’il ne déclara pas le site… Oups! Autre anecdote intéressante, c’est la célèbre marque Abercrombie & Fitch qui a financé la première expédition du chercheur américain en 1911…

On apprend également que de la bière était fabriquée sur le site même du Machu Picchu: de la bière de maïs. Le maïs était dans un premier temps mâché pour qu’il fermente… Tchin Tchin!

Suite de la journée au marché! C’est une jolie découverte, on y mange pour moins de deux euros de copieuses assiettes à même les genoux, assis entre locaux et touristes sur de petits bancs blancs. Des dizaines de stands proposent tous plus ou moins la même chose et au même prix. On en choisit un  bien rempli, plus sûr niveau fraîcheur des produits, c’est du moins notre logique.


On poursuit notre balade entre les étale de fruits, de fromages, de viandes (bonjour l’odeur), de souvenirs ou encore de croquettes pour chien… On s’arrête se prendre un jus de fruit frais orange et ananas.

Dernière visite culturelle de la ville le convento Santo Domingo, immense église construite sur le temple du soleil Qorikancha de l’époque Incas. Ce temple était probablement le plus riche de tous les monuments incas, malheureusement, à la suite de pillages il ne reste rien des pièces entièrement recouvertes d’or du sol au plafond. Seuls les murs de l’édifice ont pu être mise à jour après le tremblement de terre qui a frappé la ville en 1950. On se promène un moment dans l’immense jardin qui servait à l’époque Incas de pâture aux lamas et alpagas, et dans la jolie roseraie. A l’étage, une jolie exposition temporaires met en avant de jeunes artistes péruviens, une vrai réussite!

Pour notre dernier jour à Cusco, on décide d’aller se perdre dans le très beau quartier de San Blas. L’endroit est certes touristique mais bien préservé. Maisons blanches, portes et volets bleus. Un petit air du sud.

 

On découvre le marché artisanal, qui ressemble comme deux gouttes d’eau à tous les autres… Made in China, comme partout.

On repère cependant un artiste peintre, un vrai,  qui présente certaines de ses œuvres, et on adore. Le voyage est bientôt fini, non? On peut acheter quelques trucs maintenant? Puis c’est tout petit! On craque pour une de ses petites aquarelles, on avait déjà fait ça au Chili… Plus qu’une chose à espérer, que les murs de notre futur appartement soit très grands, parce qu’on a beaucoup de chose à accrocher!

On flâne encore et encore dans la ville, bien décidés à en profiter jusqu’au bout. Notre bus ne part qu’à vingt heures, et on quitte cette ville le cœur un peu lourd. On a vraiment adoré y passer du temps et si il n’y avait pas autant de choses à découvrir au Pérou, on serait bien resté un peu plus longtemps.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

*