Ica & Paracas : laguna de Huacachina et Parc National de Paracas

Ica

Nous voilà débarqués à Ica au petit matin. On retrouve nos copains de route Ambre et Clément avec qui on a passé un petit moment à Cusco et qu’on a recroisé à Arequipa. On a réservé le même hôtel, pour passer un peu de temps ensemble et se faire une expédition buggy tous les quatre dans les dunes de la laguna de Huacachina. Ica en soit, ça a l’air plutôt moche… Du coup après un bon petit-déjeuner on file vite fait vers la lagune. C’est à la sortie de la ville que le dunes font leur apparition. C’est cocasse de voir ces géants de sables posés là. En avançant encore un peu, l’oasis apparaît soudain  ces montagnes dorées. Un peu comme un mirage, l’endroit est surprenant de verdure.

On se promène donc autour de cette oasis presque sortie des contes des 1001 nuits. Bon, une fois l’effet de surprise passée, le décor se craquelle un peu. On s’aperçoit vite que c’est un petit repère à touristes et en y regardant de plus près on se dit qu’on ira pas se baigner dans l’eau qui semble avoir accueilli un peu trop de monde pour rester  propre… Les buggys fleurissent aux pieds des dunes tout comme les pistes de courses de sandboard.

Honnêtement, le buggy on sait que c’est pas très authentique, et qu’aucun de nous  ne l’aurait fait séparément mais on se dit que tous les quatre, ça peut être marrant. Alors on trouve une agence et on réserve pour ce soir, afin de profiter du coucher de soleil. On part manger, on passe l’après-midi à jouer aux cartes et rapidement il est déjà l’heure de monter dans notre bolide.

Le moteur hurle et on est lancé. Notre conducteur a tout du kéké des plages, mais tant qu’il conduit bien… Petite virée à toute allure dans le sable, une main sur le volant, Ray-ban sur le nez, le chauffeur enchaîne braquages, contre-braquages se prenant pour le Sébastien Loeb des oasis. C’est fun et les quelques belles descentes à pic font leur petit effet, surtout sur Ambre qui semble être la moins rassurée. On fait  un premier arrêt photo pour immortaliser le lieu. On se croirait en plein désert. Les dunes s’étendent à perte de vue devant nous, c’est vraiment surprenant comme endroit. Le seul problème: c’est affreusement sale, des dizaines et des dizaines de bouteilles, de canettes et de sacs en plastique… Affligeant. 

On poursuit notre route et on s’arrête pour une session Sandboard. En haut d’une dune, on se lance, allongé tête la première sur une petite planche en bois. Trois descentes dont l’inclinaison va en augmentant. Doudou se lance le premier… bon c’est rigolo mais un poil déceptif, ça ne va pas bien vite cette histoire. Le groupe suit et on avance vers la deuxième descente qui est déjà plus corsée… Là ça commence à avancer un peu plus vite. Clément, le trekkeur unijambiste (depuis qu’il s’est foulé la cheville après le Machu Picchu) se lance en premier et on regarde, avec une légère inquiétude, que sa cheville ressorte entière de l’exercice. Tout va bien, rien de re-cassé alors on fonce aussi dans la pente. Les filles assurent pareillement. Dernière descente la plus grande et la plus rapide! On arrive tous entier en bas après une belle session de fun!

On reprend la route avec notre buggy et on se dirige vers le spot pour observer le coucher de soleil. Du haut de notre dune, on regarde le soleil qui se cache progressivement derrière les dunes de sable.

C’est vraiment beau et globalement on est content d’avoir passer ce moment ensemble même si notre chauffeur a été particulièrement lourd, à nous réclamer tout le long des pourboires, nous proposer de prendre des photos à cinq dollars… Quand Douce le surprend à  jeter sa bouteille vide par dessus bord, elle manque de s’étouffer (ou de l’étouffer), et lui fait « cordialement » remarquer… Il est nettement moins agréable mais arrête de réclamer de l’argent. En espérant qu’il ait compris…

Fin de la partie, on rentre à l’auberge pour se prendre un apéro. Tournée de Pisco Sour taille XL, on fête nos retrouvailles comme il faut. L’auberge fait aussi bar, du coup il est plein de touristes et de péruviens. Clément et Doudou enchaînent les parties de ping-pong et les verres. Les garçons font équipe et se lance au billard contre une équipe de péruviens. Ça sera une victoire 2-0 des boys! C’est surtout un bon moment, on se marre bien et c’est tout juste si on a remarqué que les filles étaient partie se coucher.

Minuit, le bar ferme, on se décide à suivre nos nouveaux amis en boîte. On découvre une boîte plutôt sympa avec une grande piscine où personne ne se baigne. Nos nouveaux copains on acheté une bouteille de pisco et de la limonade. On trinque, on dance et on se marre… enfin il est fort possible que ça se soit passé comme ça, car la soirée devient floue comme les quelques photos qu’on a prises…

Le lendemain matin est un enfer, on se traîne une gueule de bois dantesque, genre gueule d’un bois exotique bien solide… Bref les filles nous racontent notre arrivée dans la nuit passablement ivre (étonnant). On a visiblement passé une nuit mémorable mais on ne se rappellera pas de grand chose.

Paracas

Pas trop le temps de décuver pour les garçons, on doit rendre la chambre et partir pour notre nouvelle destination: Paracas, petite ville de bord de mer! On chope un mini-bus avec un autre couple de français qui note vite l’état post-cuite de Doudou et Clément. On les rassure – Ils sont pas toujours comme ça hein.. – et on file. Notre chauffeur est vraiment cool et nous parle un peu de la région. On sympathise et il nous propose de nous emmener demain faire le tour du parc national. Une heure plus tard on est arrivé!

On pose nos bagages à l’auberge et on va manger un morceau dans une cahute de bord de mer. Ceviches et poissons, pas de doute possible ici c’est tellement frais qu’on dirait que ça bouge encore dans l’assiette!

 

Voir cette publication sur Instagram

 

🇵🇪 🐟 Ceviche tout frais en bord de mer à Paracas. Incroyablement bon! 🦑🇵🇪

Une publication partagée par Globe Foodeur (@globefoodeur) le


Après le repas, impossible de faire quoi que ce soit d’autre alors une petite sieste s’impose. On émerge tranquillement en fin de journée, enfin sauf Clément qui prolonge la sieste. On n’a pas beaucoup de temps sur Paracas alors il va falloir être efficace. On souhaite faire un tour de bateau pour voir la faune autour de l’ile Ballestas et une visite du Parc National de Paracas. On commence à se renseigner et apparemment, l’île de Ballestas est vraiment bien pour observer les oiseaux et les lions de mer mais beaucoup de commentaires laissent entendre que les bateaux s’approchent vraiment près des animaux et les dérangent. On laisse donc tomber pour l’île, on a déjà tous eu la chance d’observer de près ces animaux et on ne veut pas aller les embêter. On prend contact  avec notre chauffeur de ce matin. C’est bon des deux cotés, demain à dix heures on part pour le parc national.

Finalement ce matin ce n’est pas notre chauffeur qui se pointe mais son cousin… On a l’habitude des petits arrangements de dernières minutes mais c’est toujours un peu pénible. De plus, pas de mini-bus mais plutôt une Twingo pour cinq. Pas vraiment le même confort. Enfin bref, on verra bien. On enchaîne les arrêts dans le parc National, passant de point de vue en point de vue. La côte maritime et ses falaises donnent du caractère au lieu.

L’ocre vif du paysage contraste avec le bleu profond et le gris “mystique” du ciel. L’écume de la mer vient se jeter sur des plages de sable presque pourpre.

Les rapaces tournent sans cesse au dessus de nos têtes tandis que les pélicans nagent nonchalamment dans le petit port de pêche. Soudain, c’est l’affolement chez les pélicans, ils s’envolent tous comme si il y avait le feu. On comprend rapidement, en voyant sortir de l’eau un lion de mer, visiblement attiré lui aussi par le butin des pécheurs. 

Une belle matinée dans ce parc malgré le temps un peu maussade. Notre chauffeur a été adorable et on ne regrette pas notre choix car en plus en plus d’être bien moins cher qu’une agence, on a passé un super moment. On retourne dans notre resto de la veille pour reprendre une dose d’iode bien fraîche. Rien de plus pour Paracas si ce n’est une partie de Time’s Up entre copains (gagnée haut la main par les garçons mais est-il bien utile de le rappeler?!).

On se lance pour une superbe journée de TRANSPORT! On se rend tous à Lima où malheureusement nos chemins se sépareront le soir même. Après environ cinq de route on découvre la capital du pays. C’est moche. Honnêtement c’est moche. On a beau se promener dans le quartier touristique de Miraflores, c’est vilain. Bon la météo n’aide pas mais tout de même c’est pas terrible. On se promène en faisant quelques arrêts boissons et grignotages. Finalement on atterrit sur le front de mer où on aura la chance d’apercevoir un grand banc de dauphins qui jouent dans les vagues. Ils n’y a pas que les dauphins d’ailleurs qui jouent dans les vagues, les surfers aussi enchaînent les rouleaux d’une taille tout de même assez impressionnante dans une eau qui a l’air gelée. 

La soirée se termine dans un resto libanais, qui sert des shawarmas du feu de dieu. Pas très local mais ça nous empêche pas de nous empiffrer copieusement. Derniers moments ensemble à attendre notre bus. De copieuses embrassades plus tard, on embarque direction Trujillo.

Encore plein de bisous à Ambre et Clément, on a passé de superbes moments ensemble. Cœur sur vous!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

*