Trujillo et les Moches

On arrive enfin à Trujillo après une nouvelle nuit passée dans un bus. La première impression a été mauvaise. Aux abords de la ville, les déchets jonchent le sol sur des dizaines et des dizaines de mètres. Alors quand on arrive sur la Plaza des Armas et qu’on constate la propreté et la beauté du lieu on ne sait plus trop quoi penser…

On pose nos bagages et après quelques renseignements on part déjeuner avant de se rendre sur le site des Huacas del Sol y de la Luna. Avant de partir, un petit arrêt au Amaretto Café où pour quatre euros on a le droit à  un menu entrée-plat-dessert et boisson, un vrai régal!

Sur ce, on réussi à attraper un bus pour se rendre sur le site. On arrive un peu dubitatif, on ne comprend pas trop comment est fait le site. Les billets sont à moins de cinq euros par personnes et pour ce prix, on a même le droit à un guide juste pour nous. On pénètre dans un grand bâtiment qui est en fait le site archéologique de la Huaca de la Luna lui même recouvert d’un toit destiné à le protéger. On découvre un vaste espace rempli de ruines qui étaient à l’époque des bâtiments en adobe destinés à accueillir des sacrifices humains. La civilisations pré-inca des Moches procédait en effet à des sacrifices humains afin de calmer les dieux après un une tempête ou une catastrophe naturelle importante.

En pénétrant à l’intérieur du temple on découvre de grandes fresques colorées presque parfaitement conservées. Les couleurs sont incroyablement intenses pour un bâtiment qui a été construit entre 100 et 700 après JC. La figure que l’on retrouve tout le long est celle du dieu décapiteur, tantôt souriante, tantôt pleurant. C’est spécial… mais très beau.

La visite se poursuit et on en apprend davantage sur les Moches et leurs coutumes. On apprend surtout que les finances ayant été coupées, plus personnes ne travaille à la restauration du lieu depuis cinq ans. Il n’y a plus d’archéologue sur le site et l’endroit n’est même pas classé au patrimoine mondial de l’Unesco ce qui nous semble impensable au vu de la beauté de certains bas reliefs. À l’extérieur on peut observer encore des fresques extrêmement bien conservées.

Le bâtiment est construit sur cinq étages. Lorsque le temple était trop petit, on agrandissait la base, on comblait le tout de sable et de terre et on reconstruisait par dessus. Cinq générations de temples on donc été construites les uns sur les autres. Les fouilles ont permis de mettre à jour trois des différents étages. Impossible de savoir ce que cache les deux étages enfouis, tout risquerait de s’écrouler. L’extérieur nous permet aussi de voir la Huaca del Sol, une grande bute qui nous fait face. Alors que la Huaca de la Luna était un lieu exclusivement spirituel, la Huaca del Sol et l’espace entre les deux étaient des lieux de vie pour les Moches. Malheureusement, par manque de fond, aucune recherche n’a été entreprise sur la Huaca del Sol. Elle est simplement protégée pour éviter les pillages, mais tout le contenu de cette « colline » est encore inconnu.

La visite s’achève et on est vraiment ravi de tout ce qu’on a pu encore apprendre sur cette civilisation grâce à notre guide. On espère que le site pourra de nouveau être étudié car il reste encore énormément de choses à y découvrir. On a presque envie de devenir archéologues bénévoles pour trouver des trésors.

Le lendemain autre site à visiter: Chan Chan. Comme hier on parvient à trouver un bus pour nous déposer là-bas et après une belle marche dans un paysage lunaire on arrive sur le site. Aujourd’hui on a pas pris de guide car c’était vraiment trop cher. On le regrette un peu car notre petit dépliant en espagnol ne nous donne guerre d’explication intéressante. Le site est l’ancienne capitale de la civilisation Chimú, un peuple apparu après les Moches vers 1 000 après JC et colonisé par la suite par les Incas. La capitale comptait environ trente mille habitants. On pénètre dans l’une des citadelles fortifiées, du site, ancien palace d’un membre important de la société. On passe de pièce en pièce sans trop comprendre de quoi il s’agit.

On relève tout de même quelques beaux bas reliefs mais on ne retrouve pas la curiosité qu’on a pu avoir hier.

De plus, le ventre de Douce est encore souffrant alors dur dur de profiter pleinement du lieu. On ne poussera pas la curiosité jusqu’au musée ou aux autres sites qu’inclus notre billet, on préfère aller faire un tour à Huanchaco, petite station balnéaire de bord de mer. On se promène donc le long de la promenade et on profite des embruns de la mer. C’est l’occasion d’observer aussi les embarcation traditionnelles qui sont utilisées par les pécheurs et qui sont aujourd’hui reconverties pour la plupart en kayak pour touristes.

On se trouve un petit resto pour grignoter un morceau avant de devoir reprendre un bus pour rentrer à Trujillo. C’est déjà la fin de la journée et on va passer de nouveau la nuit dans un bus direction Tumbes, ville au nord du Pérou à la frontière avec l’équateur.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

*