Nos plongées à Puerto Lopez avec Native Dive et Mares Ecuador

Plongée Islotes Ahorcados – Native Dive

Ce matin on part plonger, depuis Puerto Lopez en Equateur, avec le dive center Native Dive. On part à une dizaine sur un petit bateau avec un groupe de six personnes passant leur niveau Advance et un couple validant leur Open Water. Après s’être équipé, on aide à mettre le matos dans le camion qui part vers le bateau. On part rejoindre l’embarcation et on transfert le matos du camion dans l’embarcation. Bref on s’échauffe avant de partir en mer.

On embarque finalement sur un petit bateau, surement le plus petit qu’on est eu jusqu’à présent, pour une bonne heure de traversée direction le spot Islote los Ahorcados.

On arrive sur un premier spot mais manque de chance, cette plongée n’est pas pour nous. Il s’agit de la plongée en eaux profondes pour le groupe des Advances. Donc nous on doit attendre. On avait été prévenu, c’est une petite plongée de vingt minutes pas de soucis. OK… sauf qu’il faut aussi vingt minutes à tout le monde pour s’équiper et se mettre à l’eau puis presque la même chose pour remonter et se déséquiper. Finalement, on patiente tout de même une heure sur un bateau qui tangue allègrement et finit par nous donner de plus en plus mal au coeur.

Après les Advances c’est à ceux qui valide leur Open Water d’aller dans l’eau. Après dix minutes on peut enfin plonger! Hallelujah! Surtout que depuis l’Australie, on avait pas plongé alors on était un peu impatient. Le début de la plongée se passe bien. On est assez surpris par les couleurs des coraux qu’il y a et aussi l’abondance de poissons. On croisera entre autre une tortue, un superbe serpent de mer à la robe “léopard”, des murènes et les classiques poissons coffre. Il y a pas mal de de courant aujourd’hui mais c’est assez intéressant de plonger dans ces conditions. Il faut profiter d’un courant en sa faveur pour avancer et attendre quand il est de face. Jusque là pas de soucis on gère. Sauf qu’il n’est pas simple de se stabiliser pour filmer et observer ce qu’on trouve. Lorsque notre guide de palanquée nous montre un petit poulpe Doudou n’arrive pas à se stabiliser et Douce à côté semble mieux placée pour prendre une vidéo. Tout se passe assez vite, Doudou pense que Douce lui fait un geste pour filmer, il enlève la lanière de la Gopro de son poignet, passe la Gopro à Douce et a à peine le temps de se retourner qu’il voit que Douce n’a rien dans les mains. Incompréhension sous-marine. Avec des gestes qu’on vous laissent imaginer, Doudou demande où est la caméra mais Douce est affirmative elle ne l’a pas… Le temps de lever les yeux, il n’y a déjà plus rien. La Gopro est dotée d’un flotteur et le courant l’a déjà emportée au loin… Rhaaaa, erreur bête de Doudou, ça arrive sûrement à tout plongeur une fois mais c’est rageant. C’est donc pour ça qu’on a malheureusement pas de photos ou vidéo à partager. On continue la plongée mais bon, le coeur y est un peu moins bien entendu.

Retour sur le bateau dans la douleur… Pas à cause de la GoPro hein! C’est plutôt la méduse qui a piqué Douce qui fait mal! Ça brûle, ça brûle fort! Même notre guide peut en témoigner parce que dans la précipitation, Douce lui a balancé la bête en pleine tronche. Doudou compatis et prend Douce dans les bras une fois sur le bateau. “T’as un truc dans le dos on dirait… Haaa la méduse!!” cette sale bête s’est finalement collée sur la combinaison de Doudou sans qu’il ne sente rien.

On se remet à l’eau et “Aie”! Cette fois c’est Doudou qui se fait piquer par ces %$@µ$ de méduses! Il a bien le temps d’observer le filament translucide armée de petites boules bleu turquoise avant que le guide l’enlève avec ses gants. On peut enfin y aller! Plongée assez similaire: tortues, murènes, poissons coffre et rascasses. On est bien sous l’eau et on réalisera notre plus longue immersion avec 61 minutes sous l’eau! c’est l’heure du moment magique, celui qui restera gravé: le chant des baleines, il est perceptible à quarante kilomètres à la ronde et entendre chanter sous l’eau ces géants marin est un rêve. Il est temps de retrouver la terre ferme. En chemin on & la chance de croiser de nouveau une baleine, peût être celle qu’on a entendue?

On aide une fois de plus à décharger le bateau puis le camion. On se change et on rentre à la maison. Bilan, une GoPro en moins, des piqûres de méduse et Oh! Tiens! Douce a perdu son bas de maillot (elle ne le portait pas au moment de la perte hein!). Heureusement que la plongée était sympa parce qu’avec tout ce qu’on y a laissé…

Plongée Isla de Plata – Mares Ecuador

Vendredi, on apprend qu’on ne replongera pas avec Native Dive car ils ne sortent pas au spot des raies mantas. On a donc décidé d’aller plonger à l’île de la Plata, ou « l’île argentée » ou encore « les galapagos pour les pauvres ». D’après nos infos c’est là où on a le plus de chance de voir des raies mantas. On court donc tous les Dive shop avant de tomber enfin, tout au bout de la promenade, sur le dive center Mares Ecuador. Ils sortent sur l’île de la Plata demain et il y a de la place pour nous. Ils nous disent même qu’ils ont vu des raies manta cette semaine mais pas hier. Bon, il n’y a plus qu’à croiser les doigts.

Rendez-vous ce matin à neuf heures à Mares. Cette fois, on part vite, on a essayer les combinaisons hier et visiblement tout est déjà sur le bateau. On monte à bord d’un bateau légèrement plus grand que celui de Native Dive mais surtout beaucoup plus puissant! On file à fond et les secousses du bateau nous font quelques frayeur.

 

Heureusement que le bateau va vite car il faut plus d’une heure et demie pour arriver à l’île. On scrute l’horizon à la recherche des baleines mais rien. On s’équipe enfin, le staff nous équipe, il s’occupe d’absolument de tout, on a juste à enfiler nos combis et ils nous apportent et nous mette tout sur le dos. Le paradis, Douce s’autosurnommera la Cendrillon de la plongée quand on lui enfilera ses palmes…  3, 2, 1, MISE A L’EAU!!

 

Voir cette publication sur Instagram

 

C’est déjà la fin de l’Équateur 🇪🇨😭 Une semaine de repos total 🏝 Quatre belles plongées 🐢🐠🐡 Des magnifiques baleines 🐳 Une gopro laissée au fond de l’eau 🎥😰 Des petits apéros et encore des souvenirs plein la tête 🤩🥂 Des attaques de méduses 🐙 Mais le plus magique: entendre le chant des baleines en plongée 🐳 🎼 C’est reparti pour deux jours de bus direction Lima, puis en route pour la Colombie 🇨🇴❤️ @m_n_n, ta valise est prête? 👯‍♀️🎒. * * * #ecuador #equateur #southamerica #ameriquelatine #puertolopezecuador #dive #plongee #plongeesousmarine #mares #maresecuador #divepix #globedouceur @globefoodeur #tourdumonde #lesfrançaisvoyagent #tourdumonde2019 #isladelaplata

Une publication partagée par Globe Douceur (@globedouceur) le

La plongée se passe super bien, cette fois on est pas transcendé par les coraux c’est le moins qu’on puisse dire mais par contre niveau vie marine c’est encore plus foisonnant! Alors au début on retrouve nos copines les méduses! Mais alors un immense banc de méduses, inoffensives cette fois, alors pas de problème. Il y a beaucoup de poisson, vraiment beaucoup et surtout des dizaines et des dizaines de poissons trompette. Il sont même plutôt gros, jusqu’à environ soixante centimètres! On en avait jamais observé autant et d’aussi gros. On a même eu la chance de voir un jaune! On continu notre plongée et croise des tortues, encore beaucoup de murènes et des idoles mauresque, le poisson jaune et noire avec une petite corne sur la tête qu’on retrouve même dans le monde de Némo. Une chouette plongée mais malheureusement pas de raie manta!

Après un petit casse-croûte fruité on se remet la tête sous l’eau. On est presque au même spot et l’objectif est  de se poster à la station de lavage des raies manta et d’attendre qu’elles passent. On retrouve nos copains poissons trompette, des murènes de toutes les couleurs dont une vraiment grosse! Encore deux tortues et une raie… diamant! Et oui il est déjà l’heure de remonter et on ne croisera pas de raie manta. On est forcément un peu déçu mais on ne regrette pas du tout. Les images ont été prises par les instructeurs pendant la plongée. Bon il y en a aussi d’une plongée de la veille mais c’est très représentatif de ce qu’on a vu. Les plongées étaient vraiment belle et l’équipe était vraiment au top du top. On prend notre repas sur le bateau et on part retrouver une nouvelle fois la terre ferme. Si à l’aller le bateau avait tendance à pas mal sauter, là il s’envole littéralement. Au début c’est drôle mais après une heure, chaque retombée semble vous arracher un peu plus la colonne vertébrale qu’on s’imagine déjà hors de notre corps. On arrive enfin avec un sacré mal de crâne en prime. On fait le débrief autour d’un café et on part se boire un verre avec le couple d’américain qui a plongé avec nous.

Bilan, c’est sûr qu’on a préféré plonger avec l’agence Mares mais on a aussi payé presque deux fois plus cher qu’avec Native dive. Chez Mares on a été chouchouté à fond. On ne s’est occupé de rien, ils ont tout géré et ça c’est vraiment agréable. Ça nous a un peu rappelé les Philippines et notre croisière plongée. Ils nous ont aussi fait parvenir de belles vidéos même si on aurait aimé en avoir encore davantage. Les deux agences ont des supers instructeurs et dive master même si on a eu un meilleur feeling avec Mares. Niveau équipement Mares a vraiment du super matos, tout neuf et de qualité. Bref, si vous passez par Puerto Lopez, c’est chez Mares qu’il faut aller!

Fin de notre séjour en Equateur. Le lendemain on fait nos aurevoirs à Elvira et à notre appartement. On monte dans un bus direction Guayaquil. On arrive à attraper un bus qui part directement vers Tumbes à la frontière Péruvienne. Arrivée le soir, on est abasourdi par ce que l’on voit. Des milliers de gens font la queue pour passer la frontière. Littéralement des milliers! Il y a des tentes de l’OMS qui ont été installées pour accueillir  les gens. Il s’agit de migrants Vénézuéliens qui ont quitté leur pays en crise pour tenter leur chance au Pérou. On a du mal à en croire nos yeux car à l’aller on a vu absolument personne. Le pire moment c’est quand on passe devant tout le monde pour valider nos visas… Avoir un passeport français est un graal, on le savait, mais là… Ces gens font la queue depuis des jours, et on nous fait doubler tout le monde. On ose même plus se regarder, même plus lever les yeux. Jamais on a ressenti une telle honte. Le sentiment d’impuissance est pire que tout… Douce craque et fond en larmes en remontant dans le bus. Sûrement un des plus dures moments de notre voyage.

Après une nuit dans une auberge très basqiue mais bien tenue par une péruvienne adorable, on part faire quelques courses et réserver notre bus pour Lima. Au passage on a un aperçu de la ville qui est vraiment moche. On avait décidé de ne pas s’arrêter à l’aller et on avait bien fait. De plus, il y a plein de travaux, ce qui renforce encore  l’ambiance chaotique du lieu. On se rend à l’agence de bus CIVA où l’on retrouve une centaine de vénézuéliens qui attendent de pouvoir embarquer. Nouvelle claque, ils vivent ici en attendant un bus pour Lima ou ailleurs.

Il y a vingt-quatre heures de voyage jusqu’à Lima,  on quitte la ville vers seize heures et on s’ennuie terriblement pendant le trajet. Sur les dernières heures, Douce n’en peut plus, elle veut arriver. Faut dire que ça fait presque deux heures qu’on est arrivé à Lima mais il y a tellement de trafic qu’on n’avance pas. Finalement on débarque et on rejoint notre auberge dans le centre historique.

Le lendemain on serait bien aller se promener, histoire de faire un musée ou autre mais le ventre de Douce en a décidé autrement. On restera à l’hôtel à avancer le Blog. Demain matin on s’envole pour Bogota notre douzième pays!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

*